PENDANT CE TEMPS   TREIZIEME PARTIE -LES ANNEES SOLITAIRES 1968-1996
 

A la séparation du groupe en 1968, tous restent dans la musique, sauf Chris Dreja qui devient un photographe professionnel. Ses occupations sont malgré tout pour une part, liées au monde musical. Le dernier soliste en titre, Jimmy Page, fonde Led Zeppelin. De la dernière formation, c'est celui qui aura la plus grande réussite au niveau succès et vedettariat. Jim Mc Carty et Keith Relf vont aligner leur talent pour d'abord expériementer Together, formation plutôt intimiste. Le succès ne venant pas, ils montent un formation plus elaborée, Renaissance. Viennent se joindre à eux, Jane Relf, sur de Keith, qui se découvre un talent de chanteuse, par ailleurs réellement existant. Un vieux routard des sixties, John Hawken, qui a surtout passé son temps comme clavier des Nashville Teens. Enfin à la basse, un personnage moins connu, Loui ou Louis Cennamo, selon les occasions. Il signent avec le label Island et sortent un premier album. Mélange de pop et de musique d'inspiration classique, il obtient un succès honorable. La formation originale ne dure pas et après un second album, "Illusion", l'équipe se sépare, tout en continuant sous le même nom, sans aucun des membres originaux présents. Keith Relf fait quelques tentatives en solo, est brièvement membre de Medecine Haed, mais ne trouve pas vraiement un public qui l'écoute. Il finira par refaire surface en 1975 avec Armageddon où il retrouve Loui Cennamo. Le disque n'a pas vraiment un grand succès, bien qu'il soit apprécié par une minorité branchée. Jim Mc Carty de son côté collabore à divers projets, tant comme producteur que compositeur. Il trouve néanmoins le temps d'enregistrer un album avec un nouveau groupe Shoot. Pendant ce temps, John Hawken officie dans un groupe à succès, les Strawbs. Ces diverses tentatives n'ayant pas apporté leur pesant d'or, il est question d'une reformation de Renaissance. Le seul problème est que le nom est toujours pris par ceux qui en avaient bénéficié. Pour contourner l'obstacle, c'est finalement Illusion, titre du second album, qui est adopté. Le projet aboutira, mais sans la participation de Relf, mort d'une électrocution. Il est remplacé par John Knightbridge qui devient guitariste soliste de cette nouvelle mouture. En 1977 et 1978, ils publieront deux albums, assez bien acceuillis, sans pour autant réussir un carton. Nouvelle séparation et de fil en aiguille, chacun disparaîtra pour mieux réapparaître, en duo en trio, ici ou là.
Au début ses années 80, il est question d'une reformation des Yardbirds, sous une forme ou une autre. Finalement, au début 83, cette réunion devient effective avec comme membres originaux, Jim Mc Carty, Chris Dreja, Paul Samwell-Smith, qui délaisse un temps son travail lucratif de producteur. Le reste est complété par John Fiddler, chant, de Medicine Head auquelf Relf avait collaboré et Mark Feltham, harmonica, un premier transfuge de Nine Below Zero vers les Yardbirds, il y en aura d'autres. Le place de soliste est asurée par John Knightbridge. Deux concerts auront lieu au fameux Marquee Club, juin 83, on ne pouvait trouver endroit plus approprié, et un concert de charité au mois de septembre. Ils vont même faire un petit tour en Espage et quelques concerts, dont un sera filmé pour la télévision.
Ces retrouvailles vont permettre un coup de poker, la reformation d'un groupe qui va aller dans les studios et publier deux LPs. Au fil du temps écoulé, c'est vraiment la première réincarnation des Yardbirds, visible pour un large public. Le premier album publié aura un succès assez confortacle, spécialement de l'autre côté de l'Atlantique où il montera assez haut dans les charts. Le deuxième sera un peu moins bien acceuilli. Il manque surtout, à ce groupe essentiellement de studio, une promotion concerts pour lancer la machine encore plus loin. Au niveau du personnel on retrouve à peu près la formation de la réunion agrémentée, il faut le dire, de la présence de Beck et Page qui n'ont pas manqués d'apporter leurs guitares.
Les choses en resteront là, et chacun retourne à ses occupations. Jim Mc Carty sera le plus actif et il incarnera sous diverses formes, sa passion pour la musique. Son talent certain de compositeur, lui permettra de se consacrer à la musique new age, tout en retrouvant Loui Cennamo et Jane Relf, pour un parcours nusical dédié plus spécialement à la méditation. Mais la bonne vieille passion du blues et de son passé musical, le font revenir de temps en temps, pour ne pas dire très souvent, derrière sa batterie. Au cours des années suivantes, on peut l'entendre avec British Invasion All Stars, quelques vieilles gloires de la pop anglaise, qui publieront deux CDs de reprises bien balancées. Il retrouve aussi Top Topham, guitariste des Yardbirds avant Eric Clapton. Une grande partie de son temps est employé avec sa formation. le Jim Mc Carty Band. Il tourne beaucoup dans les clubs et autres endroits branchés nostalgie. C'est un simple trio avec Rod Demick à la basse et John Idan à la guitare solo. Le premier est un musicien respecté, ancien copain de Van Morrison et membre des Wheels, groupe dont la rareté de ses trois 45 tours légendaires, fait enrager tous les collectionneurs de trucs impossibles à dénicher. Le second est un Américain de la génération d'après, passionné de sixties et des Yardbirds, notamment. Il est maintenant le chanteur, bassiste de la nouvelle formation. C'est cette formation là, agrémentée de Chris Dreja, qui enregistrera un CD, "Yardbirds Reunion Concert" en 1992 avec quelques concerts à la clé. Cette reformation est une suite logique d'un événement qui a eu lieu l'année précédente. Ils sont intronisés au Rock And Roll Fall Of Fame, à Cleveland USA, la Mecque de tout ce qui a comté dans l'histoire de la musique moderne. Jimmy Page, Jeff Beck, Jim Mc Carty, Chris Dreja, un des fils et la veuve de Keith Relf sont présents. C'est une sorte d'entrée dans le monde du souvenir destiné aux générations futures.
En 94, Jim Mc Carty produit enfin un album solo, dans un style tranquille et intimiste. Le pas suivant important sera la reformation des Yardbirds.


Pour plus de détails sur les activités de chacun, voir la section membres dans le menu général.

70's

Domination des héros de la pop, Pink Floyd, Deep Purple, Slade, Status Quo
Apparition de la musique électronique, via des groupes comme Tangerine Dream ou Mike Oldfield
Renaissance de la musique traditionnelle sous une forme plus moderne, pricipalement d'influence celtique
Le hard rock devient une musique qui rencontre de plus en plus d'adeptes
La musique disco envahit
les radios
. Phénomène Abba
Un nouveau phénoméne socio-culturel, le punk, trouve dans les Sex Pistols le "no future" qui lui convient contrebalancé par une musique ethnique, le reggae
Parallèlement un nouveau style musical apparaît, la new wave

80's

Suite du mouvement new wave. Des noms s'imposent à une masse branchée Talking Heads, Joy Division, Television
Le ska devient une mode
avec Specials, Madness

Reprise par la génération suivante des vieilles modes, le rockabilly puise dans les années 50, le néo-psychedelic refait la route des sixties.
Michael Jackson devient une superstar
Apparition d'un nouveau support, le CD, qui va révolutionner la conception artistique.
Apparition d'une musique de plus en plus faisant appel aux machines électroniques

90's

Les maisons d'éditions poursuivent leur travail de mise en CD de leur catalogue vinyle
A l'opposé du style des rappeurs et autres disc jockeys, de plus en plus présents, une musique plus méditative, le new age, consacre des artistes obscurs
Développement des circuits nostalgiques avec les vieilles gloires qui se retrouvent pour un temps ou pour longtemps